Bitcoin : c’est quoi ? Son cours en temps réel, ses actus



Chose impensable il y a quelques années, les monnaies numériques s’enracinent, au fil des jours, dans le système monétaire mondial. Ces crypto-monnaies vont-elles supplanter les monnaies conventionnelles que l’on s’échange dans le Forex ? Pas si sûr, du moins pour l’instant. Il existe des différences notables entre les monnaies virtuelles et les classiques. Conformément à leur appellation, elles sont avant tout virtuelles. Ensuite, il existe d’autres différences sur le plan technique et financier. Alors que les billets de banque sont imprimés, la crypto-monnaie, pour sa part, est minée.

Vous avez sans doute entendu parler du Bitcoin. C’est la principale monnaie virtuelle du moment, mais il n’y a pas qu’elle. Il y a, aussi, Binance Coin, Dogecoin, Litecoin, Cardano, NEM, Monero, Stellar, ou encore Solana… Le fonctionnement de tous ces moyens d’échange repose sur le même principe : la chaîne de blocs, que l’on appelle aussi la Blockchain. Il est aussi basé sur l’ethereum. C’est un protocole d’échange décentralisé qui permet la création de contrats intelligents.

Quel est l’avenir du Bitcoin ? Les crypto-monnaies et la chaîne de blocs vont-ils remplacer les monnaies officielles et les banques centrales ? Pour tenter de répondre à ces questions, on va, tout d’abord, vous éclairer sur le concept du Bitcoin et les moyens d’échange dématérialisés en général. Ensuite, on va découvrir certains faits récents qui ont marqué la crypto-monnaie.

Bitcoin et cryptomonnaies : ce qu’il faut savoir

C’est en 2008 que l’on a commencé à évoquer, pour la première fois, les crypto-monnaies et le Bitcoin – que l’on désigne aussi par “BTC” -. On doit ce concept à Satoshi Nakamoto. Il serait le concepteur de la première base de données bâtie sur la Blockchain. Le mathématicien aurait également résolu le problème de la double dépense pour une monnaie numérique, par le biais d’un réseau pair-à-pair. Celui-ci, pour rappel, est basé sur l’échange des données.

En fait, Satoshi Nakamoto pourrait s’agir d’un personnage fictif. Certaines théories affirment qu’il s’agit plutôt d’un groupe de personnes ayant accompli ce dont nous avons parlé dans les lignes précédentes. D’autres affirment qu’il serait de nationalité japonaise et qu’il serait né le 5 avril 1975. Dans tous les cas, il est clair que Satoshi Nakamoto, qu’il soit une personne ou un groupe de personnes, a révolutionné les marchés financiers et le système monétaire. Aujourd’hui, on utilise le nom du personnage pour désigner toute personne qui a pu miner un Bitcoin ou toute autre crypto-monnaie.

Les possibilités offertes par les cryptomonnaies et le Bitcoin Vs leur impact

Depuis leur création, les monnaies numériques présentent des taux de change exceptionnellement élevés. À l’instar des devises conventionnelles, il est possible de suivre leur évolution en temps réel via les sites Internet spécialisés. Le Bitcoin, à titre d’exemple, s’échange à près de 57 000 euros – ndlr : les données ont été collectées le lundi 8 novembre 2021 à 11h28 heure française –.

Utilité des cryptomonnaies

Même si elles sont virtuelles, les crypto-monnaies peuvent être utilisées comme un moyen de paiement. Il est également possible de les utiliser pour ouvrir des comptes d’investisseurs, des comptes de type CFD fournisseur, ou même pour ouvrir un portefeuille numérique et constituer un capital. En d’autres termes, elles peuvent être tout aussi utiles que les monnaies officielles. Des géants des nouvelles technologies ont déjà manifesté leur intérêt pour ce moyen d’échange dématérialisé.

On pense, notamment, à Elon Musk, patron de Tesla. En juin 2021, il avait annoncé que son entreprise allait accepter les paiements en monnaies virtuelles. Cependant, il s’est vite fait ravisé en raison de certains aspects négatifs du Bitcoin et des crypto-monnaies : la pollution générée par leur fabrication.

Ces inconvénients de la crypto qui fâchent

L’annonce de Musk a été faite sur Twitter et elle a mis à nu deux inconvénients majeurs des monnaies numériques. Tout d’abord, en l’absence d’un organe de régulation, elles sont très volatiles. L’annonce a, par conséquent, drastiquement fait chuter le cours. L’autre bémol dans la note concerne le minage de Bitcoin et des autres monnaies virtuelles : la procédure est très gourmande en énergie. D’ailleurs, c’est pour cette raison que le patron de Tesla a décidé de s’en séparer pour le moment. Il a appelé les mineurs à adopter des modes de production plus respectueux de l’environnement.

Il faut néanmoins rappeler, au passage, que son désistement s’explique surtout par une raison particulière. Elon Musk n’a pas souhaité que Tesla perde les subventions étatiques accordées aux entreprises qui font des efforts pour protéger l’environnement.

Les avantages et les risques des cryptomonnaies et du Bitcoin

Les monnaies virtuelles présentent de nombreux avantages. D’un autre côté, l’épisode de Tesla a mis en exergue leurs faiblesses.

Les avantages de la crypto et du Bitcoin

Deux principaux points forts font la gloire de la monnaie numérique.

Un système décentralisé

Comme nous l’avons souligné au départ, leur fonctionnement repose sur la chaîne de blocs. Les informations sont traitées par les différents opérateurs, que l’on appelle mineurs. Ce sont eux qui vont assembler, contrôler et valider les informations de la Big Data, en vue de miner des Bitcoins ou des monnaies numériques.

De ce fait, nous avons affaire à un système totalement décentralisé : nul besoin d’un intermédiaire pour mener les opérations de crypto-monnaies. Par conséquent, les coûts sont très réduits par rapport à ceux du marché des changes classique. En effet, des frais doivent être payés pour convertir une devise donnée. D’un autre côté, les opérations de paiement en Bitcoin peuvent être menées rapidement et partout dans le monde. C’est, d’ailleurs, le principe du système décentralisé. Il suffit d’avoir une connexion Internet.

Au niveau des entreprises, il est possible d’envisager de recourir au système des Bitcoins et des crypto-monnaies comme un moyen de lancer des opérations économiques instantanées et à coût réduit. Elles n’auront pas besoin d’un intermédiaire pour ce faire.

Une meilleure sécurité

Autre avantage et non des moindres : la sécurité des Bitcoins et des crypto-monnaies. Les échanges sont non seulement anonymes, mais sécurisés. Le système est très difficile à pirater, surtout lorsqu’il s’agit de Mining Pool. Ce sont des bassins où plusieurs mineurs s’associent pour décoder les chaînes de blocs et pour miner des crypto-monnaies. Si les défenses du système sont malgré tout percées, l’historique des opérations reste sauvegardé dans des dossiers spécifiques.

Les risques liés à la crypto

Aussi intéressants et profitables soient-ils, les Bitcoins et les monnaies numériques présentent un bon nombre d’inconvénients et de risques.

Volatilité et absence d’autorité régulatrice

Revenons, tout d’abord, à la nature décentralisée de cette monnaie.En effet, le système n’est soumis à aucun organe de régulation (État, Banques Centrales…).

Aussi, c’est la loi de l’offre et de la demande qui régit cet univers, en plus de la capacité des mineurs à générer et à sécuriser des Bitcoins et des crypto-monnaies. Là encore, on retrouve inévitablement l’exemple de Tesla dont nous avons parlé un peu plus haut. Après le Tweet d’Elon Musk, le cours du Bitcoin avait chuté de 8% en une seule journée, atteignant les 35 600 dollars l’unité. C’était le vendredi 4 juin 2021. L’outil numérique reste donc très volatil et dépendant de facteurs extérieurs parfois anodins. Par conséquent, le besoin d’une autorité régulatrice se fait de plus en plus pressant.

Manque de traçabilité au niveau des transactions

Un autre problème d’ordre criminel et sécuritaire se pose. En effet, dans un tel système décentralisé et anonyme, il est très difficile de retracer les auteurs d’une éventuelle infraction. D’un autre côté, des vols de crypto-monnaies peuvent tout de même se produire en cas de piratage. On se souvient, d’ailleurs, des opérations d’envergure menées en janvier 2021. L’équivalent de 530 millions de dollars américains en monnaies virtuelles a été volé à la bourse Coincheck au Japon, selon une dépêche de l’agence de presse britannique Reuters.

De ce fait, il est difficile de penser que les portefeuilles numériques des investisseurs, qui placent parfois des millions d’euros, soient totalement sécurisés. Selon les experts en cybersécurité, si un seul code d’accès est volé à partir d’un smartphone ou d’un autre appareil, le portefeuille numérique de l’investisseur peut être totalement vidé de son contenu.

Grande consommation d’énergie

L’autre inconvénient majeur des crypto-monnaies réside dans leur caractère énergivore. En effet, pour miner, les mineurs ont besoin d’ordinateurs surpuissants avec une puissance de calcul conséquente. Cette surpuissance demande beaucoup d’énergie. La consommation électrique sera donc très élevée.

Selon une étude menée par l’Université de Cambridge et publiée par la BBC, les besoins du minage de crypto-monnaies en électricité dépassent, de loin, ceux de l’Argentine. En un an, les Mining Pool sont capables de consommer 121,36 TWh selon la même source.

Minage de Bitcoins et de cryptomonnaies : Comment cela se passe?

Il est difficile d’évoquer les crypto-monnaies et le Bitcoin sans vous expliquer le minage. C’est l’une des différences majeures entre ce moyen d’échange dématérialisé et les monnaies classiques. Concrètement, miner une crypto-monnaie constitue un service particulier rendu par un réseau de mineurs. Une fois l’opération terminée, ces derniers touchent une récompense sous forme de Bitcoins.

Un mineur travaille essentiellement sur la vérification et la validation des transactions. Lorsqu’elles sont validées, elles deviennent des blocs intégrés à la Blockchain. Cette procédure, basée sur la Big Data, permet de stocker toutes les données relatives aux transactions.

Par ailleurs, comme nous l’avons souligné, un mineur peut choisir de rejoindre un Mining Pool. C’est là où des mineurs décident de travailler ensemble afin d’augmenter la puissance de calcul de leurs machines et de valider un plus grand nombre de transactions. Le minage requiert des ordinateurs performants. Soulignons, aussi, que les frais de transaction dépendent de la crypto-monnaies en question.

Quel avenir pour les cryptomonnaies et le Bitcoin?

En tant que nouvelle technologie, les monnaies virtuelles sont très prometteuses (au niveau des prix, des frais de transactions, de la croissance…), mais comme déjà indiqué, elles présentent plusieurs inconvénients.

Une vision optimiste pour les cryptomonnaies et le cours du Bitcoin

Il s’agit d’une industrie qui est encore à l’aube de son existence. Malgré tous ses risques, le système décentralisé des crypto-monnaies pourrait ouvrir la voie à la transformation de l’industrie. Il pourra aussi transformer notre conception de la protection des données personnelles.

Selon plusieurs analystes, ce processus peut être coûteux s’il est exécuté au sein des organisations spécialisées. Avec la Blockchain et les monnaies virtuelles, ce sont des personnes physiques qui s’en chargent.

Il est clair, aujourd’hui, que les investisseurs ont plutôt confiance dans ce système, comme en témoigne sa valorisation boursière impressionnante. Il y a même eu des entreprises spécialisées dans la crypto-monnaie qui ont fait leur entrée dans la bourse conventionnelle. Il s’agit de Coinbase, plateforme d’achat, de vente et de stockage de monnaies virtuelles. Sa valorisation boursière a atteint 86 milliards de dollars.

Dans ce même contexte, les différentes prévisions s’annoncent favorables à ce système de paiement. L’éco-système est en train de s’enraciner et les crypto-monnaies sont de plus en plus démocratisées. Elles sont même utilisées dans l’économie réelle. À titre d’exemple, il existe des places financières où l’on trouve des fonds spécifiques constitués de crypto-monnaies. Ce sont les ETF BTC. Ils permettent de simplifier les opérations d’investissement en matière de monnaies numériques.

La dynamique des Bitcoins et des cryptos est également propulsée par l’essor des nouvelles technologies, de la Big Data et, surtout, de la Blockchain qui fait partie intégrante de cette Big Data. Plusieurs firmes internationales ont pris conscience de ce grand potentiel. On pense, notamment, à la plateforme de microblogging, Twitter. Jack Dorsey, son patron, a acheté 170 millions de Bitcoins via la FinTech Square. Ainsi, 5% de la trésorerie de Twitter est composée de monnaies virtuelles.

Un suivi prudent des monnaies numériques s’impose

Il est bien convenu qu’il faut malgré tout, suivre cette évolution de près. Comme vous le savez à présent, le Bitcoin et les autres monnaies virtuelles sont très volatils en raison de l’absence d’un organe de régulation. La Blockchain ne suffit pas pour éviter les fluctuations imprévues, la formation de bulles spéculatives et la surévaluation. Certains analystes évoquent même le risque d’un krach boursier sur les marchés financiers mondiaux. Les crypto-monnaies seraient l’une des causes potentielles de cette possible catastrophe financière.

Récemment, en octobre 2021, le vice-président de la Banque d’Angleterre, Jon Cunliffe, est revenu sur cette question brûlante. “Les crypto-monnaies pourraient provoquer une crise financière mondiale bien plus grave que celle que nous avons connue en 2008 [avec les subprimes]”, avait-il alors expliqué dans une déclaration rapportée par le journal britannique The Guardian.

Selon cette même source, le marché des monnaies virtuelles est passé de 16 milliards à 2,3 billions de dollars en l’espace de 5 ans. Dans ce contexte, il considère que les autorités chargées de la stabilité financière doivent intervenir pour réguler le marché, mais sans “excès”.

Cryptomonnaies : entre croissance et régulation du marché

Il s’agit, pour résumer, d’un juste équilibre qui doit être établi. Il est important de ne pas poser de barrières pouvant freiner la croissance de la version numérique des monnaies. D’un autre côté, il serait judicieux de prévoir des moyens de protection, aussi bien pour les investisseurs que pour les mineurs. Sur ce point, les Banques Centrales et les gouvernements doivent travailler main dans la main.. Il est également important de trouver des solutions concrètes pour limiter l’impact environnemental du minage. L’avenir nous apportera sans doute des éléments de réponse, sachant que le secteur évolue rapidement.

Le Bitcoin au sommet des cryptomonnaies

Le cours actuel de la cryptomonnaie est très intéressant. C’est surtout le cas du Bitcoin. À la date du 8 novembre 2021 – 13h heure parisienne -, il a atteint 57 113 euros. Vous pouvez le suivre en temps réel en lançant une simple recherche sur Google.

Récemment, son taux de change a atteint de nouveaux sommets. C’était le 3 novembre courant, lorsque le Bitcoin a atteint 60 425 euros. Des analystes comme Nicolas Chéron, qui travaille au sein de Zonebourse, ont même prédit que la monnaie virtuelle pourrait franchir la barre des 70 000, voire 80 000 euros. Pour rappel, le cours atteignait, à peine, les 15 000 euros il y a un an.

Selon eux, cette tendance s’expliquerait par l’engouement suscité par les monnaies numériques. Ces chiffres soulignent aussi à quel point les e-monnaies sont profitables, mais également à quel point elles sont volatiles. Outre le Bitcoin, d’autres crypto-monnaies ont vu leur valeur augmenter. C’est le cas de l’ethereum. Le 2 novembre 2021, l’unité s’est échangée à 4 500 dollars (environ 3 800 euros).