Une pluie de météores de la comète 15P/Finlay devrait se produire



Si vous êtes situés dans l’hémisphère sud de la planète et que vous disposez en outre d’un matériel astronomique adéquat, vous aurez peut-être la chance d’assister à la première pluie de météores de la comète 15/P Finlay qui serait visible depuis la terre.

Ayant déjà commencé vers la fin de ce mois de septembre 2021, cet événement devrait durer environ 10 jours, atteignant son apogée le 7 octobre prochain.

Les chercheurs en astronomie pensent que cette « pluie » est originaire de la constellation Ara (l’autel). Toutefois, il leur est impossible à présent de déterminer avec exactitude le point de départ des météores, vu qu’il s’agit d’un événement qui n’a jamais eu lieu auparavant.

Meilleur endroit pour assister au spectacle ?

Selon Diego Janches, chercheur en astrophysique au Goddard Space Flight Center de la NASA, la station astronomique du Rio Grande (EARG), est le meilleur endroit d'où on peut observer cette pluie de météores. En effet, située en Terre de Feu (un archipel situé à l’extrême-sud de l’Argentine), cette station se trouve à une latitude privilégiée pour détecter ce phénomène cosmique.

D’autres visionnages de cet événement sont possibles en Afrique du Sud ou en Nouvelle-Zélande. Janches estime tout de même que le Radar météore de la station astronomique du Rio Grande est le meilleur emplacement.

Détection possible mais insuffisamment claire

« Les météores sont très lents, c’est pour cette raison que la pluie de météores est difficile à observer » ajoute Janches.

La vitesse est l’élément primordial qui influe sur la visibilité de ce genre de phénomène. Si nous détectons une « étoile filante » dans le ciel, ce n’est pas l’étoile filante en elle-même qu’on est en train d’observer. Ce qu’on voit réellement, c’est la lumière ou bien les ionisations qui sont produites à la suite de l’entrée des corps célestes en contact avec la couche atmosphérique de la terre.

Dans ce contexte, la vitesse d’entrée détermine le degré de visibilité, que ce soit pour les caméras optiques ou pour l’œil nu.

Pour résumer, la vitesse d’entrée lente des météores de la comète 15/P Finlay, estimée à 11 km/s, rend ainsi leur visibilité difficile.

Est-ce un événement ponctuel ?

D'après les experts, il est très peu probable que nous puissions assister à ce spectacle l’année prochaine.

Ce ne sera pas un événement annuel, du moins au début, car le niveau de poussière présent dans l’atmosphère est très faible à l'heure actuelle. C'est ce qui a déclaré le professeur Jonti Horner, un astronaute de l'Université du Queensland du Sud en Australie. « Nous avons besoin d’informations supplémentaires pour pouvoir prédire le comportement futur de cette pluie de météores. Une fois que nous aurons examiné ses filaments de poussière cosmique, beaucoup d’énigmes seront élucidées » ajoute-t-il.

Comment une pluie de météores se forme-t-elle ?

Voyageant dans son orbite, la planète Terre traverse parfois des nuages de débris engendrés par des astéroïdes et des comètes. Suite à l’interaction entre l’atmosphère terrestre et les particules célestes, des étoiles filantes apparaissent. Ces débris gardent, plus au moins, la même position, laissant ainsi à la terre l’occasion de traverser chacune d’entre elles une fois par an.

Ce phénomène explique l’occurrence annuelle de certaines pluies de météores comme, par exemple, les Géminides et les Perséides.

Selon les statistiques, il est possible d’observer en moyenne, une étoile filante toutes les soixante minutes. Toutefois, la pollution lumineuse doit être très faible pour pouvoir profiter du spectacle.

Vous n’avez rien vu ? Pas de soucis !

Il y a plus qu’une pluie de météores à l'horizon. Citons à titre d’exemple :

Les Taurides

Ils sont visibles entre fin septembre et début décembre. Ils sont caractérisés par un faible taux de météores qui sont toutefois très brillants. « En moyenne, la Terre reçoit plus de matière provenant des Taurides que de toutes les autres pluies de météores réunies », explique le professeur Horner.

Les Géminides

Cette pluie de météores atteindra son pic le 14 décembre. C'est de loin la meilleure pluie de l'hémisphère sud de par sa luminosité et sa consistance. Ce phénomène devrait coïncider aussi avec la pleine lune. Le spectacle mérite ainsi d’être regardé.

Autre chose à retenir : il nous est possible de voir une étoile filante au hasard à n'importe quelle heure de la journée, dans n'importe quel jour de l'année. D’ailleurs, les meilleures scènes d’étoiles filantes auxquelles on a pu assister, n'étaient pas planifiées.