Office dépôt placé en liquidation judiciaire



Clap de fin pour le distributeur de fournitures de bureau Office Dépôt France ! L'entreprise a été mise en liquidation judiciaire, mardi 28 septembre 2021. Cette décision a été prononcée par le tribunal de commerce de Lille qui a décidé, cet été, la reprise partielle de l’enseigne par la coopérative Alkor (les enseignes Majuscule, Burolike et Ioburo). En effet, elle a été choisie par la justice parmi sept offres en lice.

Ainsi, cette décision vient mettre fin à l'incertitude concernant l’avenir du spécialiste du matériel et de fournitures de bureau. Retrouvez plus de détails sur cette affaire dans la suite de cet article.

Mise en liquidation judiciaire : Fin du feuilleton Office Dépôt France

« Même si on s'y attendait, on est dépités. C'est une entreprise qui a plus de cinquante ans d'histoire et qui se retrouve rayée de la carte en quinze minutes ». C’est ainsi que s’est exprimé Sébastien Fournier, secrétaire du CSE central et délégué Unsa. En effet, il s'agit d'une décision très difficile à accepter par les salariés et le personnel de l'enseigne.

En juillet, le recours déposé par le comité central social et économique d'Office Dépôt France et deux représentants du personnel, a été jugé « irrecevable » par la Cour d’Appel du Nord. Le comité a attaqué le rachat d'Office Dépôt France par Alkor. Cette coopérative a proposé de conserver 50 magasins (sur 60) et 460 salariés (sur 1 483) dans la branche retail d'Office Dépôt France. Alkor a affirmé aussi que les 50 magasins repris vont poursuivre leur activité. Seules les plateformes logistiques et transport sont concernées par la cessation d'activité. De plus, Alkor s’est engagée à créer 370 postes d’emploi via une bourse à l'emploi avec priorité d'embauche sur deux ans. De sa part, Office Dépôt France a annoncé le licenciement de 936 salariés en juillet 2021.

Il convient de mentionner que le spécialiste de fournitures de bureau a été mis en redressement judiciaire depuis février dernier. De ce fait, cette décision de liquidation judiciaire était attendue. Pourtant, elle a laissé chez les salariés licenciés un goût amer.

Le rachat par un fonds d'investissement allemand en cause

En janvier 2017, Office Dépôt France a été racheté par un fonds d’investissement allemand, Aurelius. Ce rachat a eu lieu après que la maison mère américaine, leader mondial du secteur, a décidé de se séparer de ses activités en Europe. Selon des anciens salariés d'Office Dépôt France, le groupe allemand a adopté une gestion « calamiteuse » qui a « saboté la trésorerie de l’entreprise ». Le résultat était le suivant : Office Dépôt France perd encore une filiale de son réseau. En mars 2021, sa filiale en Italie a été rachetée par le Groupe Bruneau. En août dernier, la marque d’e-commerce d’Office Dépôt, a été rachetée, quant à elle, par le groupe Raja qui dispose de filiales au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en Suisse, en Allemagne, en Autriche et en Belgique.

Le CSE (comité social et économique) a alerté le gouvernement depuis 2019 quant au mode de gestion du fonds allemand. Cet appel n’a pas eu de réponse. C'est ainsi que les avocats du CSE comptent entamer, dès janvier 2022, une action auprès du tribunal judiciaire, en responsabilité délictuelle pour dénoncer les pratiques calamiteuses du groupe allemand Aurelius.

Pour conclure…

Après avoir été placé en redressement judiciaire en février dernier, le spécialiste de fournitures de bureau Office Dépôt France a été partiellement repris par la coopérative Alkor. Le reste de son activité a été mis en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Lille, le 28 septembre 2021. La décision est prise mais le CSE compte poursuivre la bataille auprès de la justice en vue de dénoncer la gestion défaillante du groupe allemand Aurelius.