Le pass sanitaire prolongé jusqu’à l’été prochain ?



Alors que les Français devaient continuer à utiliser le pass sanitaire jusqu’au lundi 15 novembre 2021, une nouvelle annonce officielle vient tout bouleverser.

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a annoncé ce mercredi 29 septembre que l’État souhaite prolonger l’utilisation du pass sanitaire jusqu’à l’été prochain. Bien que la situation sanitaire se soit nettement améliorée au cours des derniers mois, cette décision a été justifiée comme étant une mesure nécessaire pour « protéger les Français ».

Le pass sanitaire : une nouvelle réalité quotidienne

Depuis le début de la crise liée à la Covid-19, les moments difficiles qu’a traversé le peuple français ont poussé l’État à instaurer un document de circulation obligatoire : le pass sanitaire. Pour obtenir un pass valide, il est impératif de justifier d’une attestation vaccinale mise à jour. Par ailleurs, vous pouvez obtenir votre pass grâce à l’application TousAntiCovid. Il peut s'agir d'une version numérique, c’est-à-dire une copie PDF sur votre téléphone, tablette électronique, ou bien vous présentez une version papier. Tous les lieux de culture, de loisirs et de sport ainsi que les transports en commun sont désormais accessibles uniquement aux personnes ayant un pass. Au début de l’instauration de cette mesure, il était prévu qu’elle prenne fin le 30 septembre. Or, une loi a été votée au mois de juillet pour une extension jusqu’en novembre.

Quelles raisons justifient cette décision ?

Même si la situation n’est pas alarmante à l’heure actuelle, le virus est bel et bien toujours en circulation. Les chiffres récemment annoncés par Santé publique France affirment qu’il y a toujours 7 726 malades hospitalisés dont 1 466 maintenus en soins intensifs. De plus, 5 835 cas positifs ont été détectés au mercredi 29 septembre. De même, les taux de vaccination ne sont pas au niveau souhaité.

Taux de vaccination

Bien que 50 millions de personnes aient reçu leurs premières doses, le rythme de vaccination n’est pas tout à fait rassurant. Alors que les plus de 12 ans devront désormais circuler avec un pass sanitaire, la tranche d’âge des moins de 18 ans, soit 5 millions de mineurs, n’est vaccinée qu’à 63,9 %. Cela indique que 1,5 million de jeunes de cette tranche d'âge n’ont pas encore reçu leur première dose. C'est pour cette raison que les autorités craignent une hausse du nombre de contamination.

Un nouveau variant ?

La plus grande frayeur viendrait sans doute de la possibilité d’un nouveau variant. Alors que la vaccination massive reste la meilleure protection, l’apparition d’un énième variant contre lequel les vaccins actuels ne pourront rien est toujours une possibilité. Actuellement, les variants déjà existants et identifiés sont surveillés de manière rapprochée pour noter leurs mutations.

Une décision politique

Un projet de loi est en train d’être étudié afin de prolonger cette mesure jusqu’à l’été 2022. Cette possibilité pourrait bien devenir une réalité puisque le 13 octobre, le texte en question sera présenté devant le Conseil des Ministres. Afin d'apporter plus d'explications, ce conseil a affirmé qu’il ne s’agit pas d’imposer des contraintes inutiles aux citoyens. Le souci primaire reste de mettre tout en œuvre pour éviter un retour à la case zéro dans le cas d’une nouvelle vague.

Mais la prolongation de la durée de recours au pass sanitaire jusqu’en juin 2022 peut être interprétée comme une décision purement politique. L'urgence de ce texte de loi peut s'expliquer par diverses raisons. Tout d'abord, il faut noter que le Parlement devra conclure ses travaux à la fin du mois de février prochain. En effet, les cinq mois à venir s'annoncent déterminants. Les prochaines élections présidentielles et législatives sont prévues pour avril 2022. Par conséquent, le pouvoir exécutif veut éviter une campagne perturbée par une situation sanitaire aggravée.