Lars Vilks décède dans un accident de la route



Toutes les mesures de sécurité étaient mises en place pour lui éviter la mort. Lars Vilks, le caricaturiste suédois âgé de 75 ans, est décédé à bord d’un véhicule avec deux policiers chargés de sa protection lors d’un accident de la route, dimanche, 3 octobre 2021. Les autorités écartent la piste de l’attentat.

Un accident de la route… Zoom sur les faits

L’accident a eu lieu sur l’autoroute E4 près de la commune de Markaryd, dans le sud de la Suède lorsque le véhicule de police civile dans lequel était le caricaturiste a percuté un camion circulant en sens inverse. Suite à la collision, les deux véhicules ont pris feu. Les deux agents de police ont été tués et le conducteur du camion a été blessé.

Selon les déclarations de la police, la manière dont la collision s’est produite ne laisse pas penser qu’il s‘agit d’un acte malveillant. Le porte-parole de la police locale a déclaré que « Cela fait l’objet d’une enquête comme n’importe quel accident de la route. Comme deux policiers sont impliqués, une enquête a également été confiée à une section particulière du parquet ». « L’enquête serait orientée différemment si cela avait été le cas » a-t-il aussi confirmé.

La police suédoise a aussi affirmé que : « C'est un accident très tragique. Il est maintenant important pour chacun d'entre nous de faire tout notre possible pour enquêter sur ce qui s'est passé et ce qui a causé la collision ».

Les médias locaux ont reporté que la voiture dans laquelle se trouvait le caricaturiste Lars Vilks roulait d’une grande vitesse. Selon le journal suédois Aftonbladet, la voiture de Vilks semblait perdre le contrôle. Se trouvant dans son côté de l’autoroute en roulant à grande vitesse, elle a percuté le camion qui la précédait et qui n’avait pas le temps de faire un écart. Un grand incendie s’est déclenché à la suite de la collision.

Une protection policière quasi ininterrompue

Depuis 2007, Lars Vilks vivait sous une surveillance policière constante en raison de plusieurs menaces et agressions de la part des islamistes.

La caricature du Prophète Mahomet réalisée en 2007 par Vilks a fait la une des journaux. Elle a aussi suscité l’indignation, chose qui a poussé le Premier ministre de l'époque, Fredrik Reinfeldt, à rencontrer les ambassadeurs de 22 pays musulmans. L’objectif de ces entretiens est de désamorcer la situation et réduire les tensions. Selon Vilks, ses caricatures avaient pour objectif de mettre à mal le politiquement correct dans le monde artistique. Pourtant, il a provoqué une grande vague de colère chez les musulmans qui considèrent que toute représentation du Prophète Mahomet est une vraie offense.

C’est pour cette raison qu’Al Qaida en Irak a prévu une récompense pour son meurtre s’élevant à 100 000 dollars. En 2015, le caricaturiste était à la tête de l’affiche d’un débat sur la liberté d’expression organisé à Copenhague. Cette réunion a été visée par un jeune Danois d’origine palestinienne qui a ouvert le feu et a tué un réalisateur de films de 55 ans. Plus tard dans la soirée, l’assaillant a aussi tué un gardien de la synagogue de Copenhague. Le lendemain matin, il a été abattu par la police danoise.

Des œuvres toujours polémiques…

Bien qu’il soit connu surtout par ses caricatures du Prophète Mahomet, Lars Vilks est un artiste et un activiste qui créait des installations ou qui optait pour la peinture. Il a créé une sculpture à base de 75 tonnes de bois flotté au sein de la réserve naturelle de Kullaberg, au nord-ouest de la Scanie en Suède. Après de nombreux appels du jugement, les autorités locales ont gagné le procès contre Vilks qui voulait interdire la démolition de son œuvre.