La technologie n'a pas fini de nous surprendre agréablement. L’avènement des nanotechnologies, offre un champ d’énormes possibilités. Il est désormais possible de déplacer un par un des atomes. On peut définir, la nanotechnologie, comme l’ensemble des procédés et processus visant à Comprendre, façonner et combiner la matière à l'échelle atomique. Quel impact, cette découverte, pourrait-elle avoir, sur la médecine ?

La nanotechnologie : une révolution sans précédent

Les nanotechnologies et les nanomatériaux, utilisés en médecine, apporteront une lueur d’espoir. Ainsi, des nanos vecteurs, transporteurs microscopiques peuvent franchir certaines barrières biologiques. Ils pourraient de ce fait, apporter les médicaments, avec précision vers les cellules ciblées. Cette amélioration, permettrait de diminuer les doses et donc de limiter les effets secondaires sur les cellules voisines. Ces nanotechnologies, sont susceptibles d'initier des avancées majeures en matière de chirurgie médicale.

Une médecine plus préventive et plus personnalisée, capable de déchiffrer les signaux les plus intimes de nos organismes. Des soins moins invasifs et des thérapies adaptées contre le cancer ou les maladies cardiovasculaires, grâce à la faculté nouvelle de ne traiter exclusivement que les cellules malades in situ. Des possibilités radicalement nouvelles, comme celle d’inciter nos tissus perdus ou endommagés à se régénérer. Les nanotechnologies promettent de prolonger et d’améliorer nos vies en révolutionnant les pratiques médicales.

Détecter plus facilement et plus tôt, les maladies

Dans le domaine médical, les nanotechnologies devraient permettre de détecter précocement, toutes sortes de maladies. Des tests existent déjà, qui permettent de repérer des prédispositions génétiques, ou les signes précurseurs des nombreuses pathologies. Mais ils reposent sur des protocoles complexes et des outils sophistiqués. Ces outils, ne sont accessibles que dans les grands laboratoires. Les nanotechnologies permettront le développement de la médecine préventive.

Des thérapies ciblées

Un monde où le cancer ne serait plus un problème grave, mais une simple maladie comme les autres. Le cancer demeure l’une des principales causes de décès dans le monde. Certes, les malades vivent plus longtemps, mais il est toujours très difficile de traiter ceux d’entre eux, chez qui la maladie est avancée. À Harvard Medical School, des nanoparticules (capsules nanométriques) capables de cibler uniquement les cellules cancéreuses, pour leur délivrer les molécules toxiques des chimiothérapies sans affecter les autres cellules de l’organisme, ont été mises au point. La livraison ciblée permet de contrôler très précisément la destination finale des molécules utilisées. Les tests sur des modèles animaux ont permis de démontrer l’efficacité de cette approche. Ces tests ont aussi confirmé que ce procédé permettait d’administrer aux cellules cancéreuses des doses bien plus fortes et donc beaucoup plus efficaces dans le traitement du mal, sans risques supplémentaires pour les patients. On obtient plus facilement une éradication complète de la tumeur. Le procédé mis au point, des nanoparticules de livraison ciblée, ouvre de vastes perspectives et pourrait améliorer de nombreuses thérapies existantes, voire permettre le développement d’approches radicalement nouvelles et de nouveaux protocoles de traitement. Le véritable potentiel des nanotechnologies va bien au-delà des seules thérapies anticancéreuses. On peut développer des traitements bien plus efficaces pour les maladies cardio-vasculaires, ou encore fabriquer des vaccins synthétiques beaucoup plus puissants, bien plus performants, et qui peuvent être utilisés contre des maladies très diverses. C’est là aussi une révolution dans le domaine des vaccins. Un nouveau concept voit le jour, celui des nano-vaccins synthétiques, des nanoparticules adressées aux cellules du système immunitaire qui imitent la taille, la forme et la signature moléculaire de pathogènes naturels. Les résultats de recherches sur des modèles animaux ont montré que les particules ciblées parvenaient même à déclencher une réponse immunitaire contre une maladie non reconnue par l’organisme comme une tumeur, par exemple. Les nanoparticules pour le traitement du cancer ou les nano-vaccins ne sont que deux des premières applications du principe de livraison ciblée, mais elles ouvrent la voie à de très nombreuses autres possibilités. Dans 30 ou 40 ans, la médecine n’aura plus rien à voir avec celle qui est pratiquée aujourd’hui. Les prochaines années vont être cruciales pour le développement de ces nouvelles approches. Leur potentiel à long terme est vertigineux et entraineront des changements discrets et profonds dans nos vies.

Régénérer les tissus endommagés ou perdus

Une médecine plus efficace pourrait allonger la durée de nos vies. Mais comment pourrait-elle nous assurer une autonomie et une qualité de vie satisfaisante ? De nombreux tissus de nos corps cessent de se développer à l’âge adulte, et lorsque le temps, les accidents ou les maladies les ont endommagés, récupérer leur fonctionnalité est bien souvent impossible. Une approche nouvelle de ce problème est à l’étude dans le monde. Les nanotechnologies ouvrent des perspectives inédites à une médecine en plein essor, la médecine régénératrice. Son objectif est d’inciter les cellules de notre corps à reprendre leur croissance pour régénérer les tissus endommagés ou perdus.

Article similaire