Les avions militaires français interdits de survol au-dessus de l’Algérie

Les relations franco-algériennes ne ressemblent pas à un long fleuve tranquille. Ces rapports, en dents de scie, ont souvent connu de grands coups d’éclat. Le dernier en date remonte au 3 octobre 2021. En ce dimanche, l’armée française annonce la décision de l’Algérie d’interdire le survol de son espace aérien, par les avions militaires français. Cette annonce vient en réaction aux propos tenus par Macron.

De fortes turbulences pour le couple franco-algérien

Pourtant, ces derniers temps, Emmanuel Macron n’a pas ménagé ses efforts pour garantir la paix, entre l’hexagone et ce pays d’Afrique du Nord. Ainsi, il a restitué les crânes de 24 combattants algériens, qui sont tombés durant la guerre. Il a, également, participé à la reconnaissance des tortures et de l’assassinat d’Ali Boumendjel, par l’armée française, en 1957. Ces efforts de réconciliation mémorielle ont été très bien accueillis par l’Algérie. L’entente, entre les deux pays, semblait au beau fixe.

Mais un retournement de situation a surpris les Algériens et les a poussés à prendre des décisions drastiques. Jeudi dernier, le journal « Le Monde » publiait des propos attribués à Macron, qui ont été jugés très offusquants. Ce dernier aurait tenu ce discours, lors d’une rencontre avec « les petits enfants de la guerre d’Algérie ». Il aurait, alors, remis en question l’existence d’une nation algérienne avant la colonisation française. Il a, ensuite, qualifié le système politique algérien d’un « système politico-militaire construit sur le fond mémoriel de la guerre ». Ne s’arrêtant pas là, le président français, aurait contesté l’histoire officielle algérienne. Selon lui, elle serait écrite sur des demi-vérités et nourrie par la haine envers la France. Enfin, il a annoncé sa décision de réduire de moitié le nombre de visas attribués aux pays d’Afrique du Nord.

L’Algérie, qui se prépare à fêter ses 60 ans d’indépendance, a très mal réagi. Qualifiant ces propos d’une véritable ingérence dans ses affaires, elle a, d’abord, décidé de rappeler son ambassadeur en France. Ensuite, elle a surpris l’armée française par l’interdiction d’accès à son espace aérien.

Quelles répercussions et issues pour cette crise diplomatique ?

L’état-major français a expliqué que les avions militaires avaient l’habitude de traverser le ciel algérien, dans le cadre de l’opération Barkhane. Cette opération militaire anti-djihadiste se déroule sur la bande Sahélo-saharienne. L’interdiction énoncée par Alger, ne va pas trop perturber les missions de renseignements. Cependant, elle intervient à un moment un peu sensible. En effet, une réorganisation du dispositif est en cours au Mali.

Bien que n’ayant pas démenti les propos qui lui sont attribués, Emmanuel Macron a tenté d’apaiser les tensions le 5 octobre, sur France inter. Il a alors évoqué son entente cordiale avec le président Tebboune. Il a également, exprimé son désir de discuter et d’avancer. Enfin, il a ajouté : « Il y aura immanquablement d'autres tensions, mais je pense que mon devoir, c'est d'essayer de faire cheminer ce travail de mémoire ».

Des frictions en rapport avec la colonisation française, il y en a, effectivement, déjà eu beaucoup. L’une d’elles, avait jeté un grand froid entre Bouteflika et Sarkozy, en 2007. Bien avant cela, lors du second quinquennat de Chirac, une loi a mis le feu aux poudres. Cette loi du 23 février 2005, sur l’enseignement du rôle positif de la colonisation, a suscité de violentes réactions internationales. Bouteflika en est arrivé à la suspension du Traité Franco-algérien. Traité, pour lequel, il s’était pourtant battu avec Jacques Chirac. Cela a poussé ce dernier à l’abrogation de l’article.

Malgré toutes ces crises, le couple franco-algérien s’est toujours rabiboché. Pourtant, Abdellaziz Ziari, l’ancien président du parlement, n’a pas semblé très optimiste. Il a déclaré, sur France 24, que cette crise pourrait signer une véritable rupture entre les deux pays. Alger pourrait se détourner de l’Hexagone pour s’allier avec des amis historiques comme la Chine.

Le discours de Macron, va-t-il réussir à calmer le jeu ?