Smart contract : Comment cela fonctionne-t-il ? A quoi cela sert-il ?



De nos jours, les cryptomonnaies sont de plus en plus populaires. Ces monnaies virtuelles et décentralisées ont tellement pris de l’ampleur et ont atteint des records historiques. Face à l’importance de ces moyens de paiement, il est impossible de rater l’occasion de parler de bitcoin, d’Ethreum ou encore de smart contracts. En effet, c’est sur cette dernière notion qu’on va s’attarder le plus dans cet article. Retrouvez plus d’informations sur ces contrats dans ce qui suit.

Qu’est-ce qu’un smart contract ?

Juridiquement, un contrat est un accord conclu entre deux parties au moment où une certaine offre rencontre une acceptation. Dans ce cas, les conditions et les modalités de cet accord sont rédigées et écrites dans un contrat. L’objectif est de rendre ces termes officiels et de garantir l’exécution de ces obligations.

À l’image du contract classique, le smart contract reprend toutes ces notions avec une seule différence : il résulte d’un programme informatique inscrit dans une blockchain. De ce fait, on peut dire que ce type de contrat n’est autre qu’un protocole informatique qui exécute automatiquement les clauses contractuelles. Ainsi, il définit les conditions à recueillir pour une application automatisée des opérations financières

Exécutant automatiquement des conditions inscrites sur la blockchain, le smart code informatique décide de l’exécution partielle ou totale du contrat, d’où son caractère intelligent. Le smart contract présente aussi une particularité par rapport au contrat classique. En effet, il n’est soumis à aucune autorité juridique. De ce fait, il n’est plus l’objet du droit mais plutôt d’un code informatique.

Blockchain : Comment fonctionnent les smart contracts ?

Les smart contracts sont des morceaux de code ou des protocoles informatiques qui définissent d’une manière claire et précise les conditions de l’accord grâce à la blockchain technology. Quand ces dernières sont remplies, le smart contract réalise la transaction d’une manière automatique. Concrètement, si deux parties choisissent de conclure un contrat intelligent, elles peuvent payer un bien ou un service, ordonner la livraison d’un document numérique, transférer un actif, etc.

Les avantages d’un smart contract

Ce contrat intelligent est un concept inventé par l’informaticien, le juriste et le cryptographe Nick Szabo dans les années 1990. Ce dernier avait pour objectif de mettre en place des mécanismes de sécurité numérique qui facilitent l’exécution et la validation des clauses d’un contrat. De plus, il souhaitait assurer une plus grande confidentialité de l’argent numérique.

L’utilisation des smart contracts est une alternative avantageuse à plusieurs titres. D’abord, cette option offre des accords stables et sécurisés. En effet, la technologie de blockchain se distingue par la transparence et la garantie d’invariabilité. Cette chaîne de blocs offre aussi des règlements de factures automatisés mais aussi elle réduit les impayés d’une manière considérable.

En remplaçant le contrat classique, le contrat intelligent permet de réduire les coûts de rédaction, de suivi et de signature des accords. Il permet également de supprimer les intermédiaires tels que les avocats, les notaires et les experts-comptables. De ce fait, cette technologie permet une meilleure gestion de contract. Par ailleurs, le smart contract est une option sûre car il est impossible de modifier ou de supprimer les données à postériori.

Les limites d’un smart contract

Parce qu’il n’y a pas une solution miracle, le smart contract est aussi une alternative qui présente des limites. En effet, ce type de contrat exclut la défaillance du facteur humain, mais si le code informatique comporte des endroits vulnérables, ceci peut engendrer des pertes considérables. D’ailleurs, les exemples de vols de données et de piratage des plateformes à cause des erreurs de code ne sont pas rares.

La nature irréversible du smart contract peut être aussi un inconvénient. De ce fait, il est impossible de corriger des erreurs ou de modifier les termes du contrat.

Quelles cryptomonnaies utilisent le contrat intelligent ?

De nos jours, les smart contracts sont reconnus par de nombreuses grandes entreprises. De plus, ils sont utilisés par plusieurs plateformes blockchain pour assurer leurs activités. Pour écrire ces contrats intelligents, plusieurs langages de programmation sont de mise. Retrouvez ici un aperçu sur des exemples de blockchains qui peuvent traiter les smart contracts.

  • Ethereum : Créée en 2014 par Vitalik Buterin, cette blockchain est destinée au développement d’applications décentralisées. Ce protocole permet d’éditer des contrats intelligents qui se chargent de fixer et d’exécuter les règles du contrat quand les conditions requises sont remplies.
  • Bitcoin : Cette blockchain constitue la reine de l’écosystème crypto. Elle permet de traiter des smart contracts. Cependant, elle propose des produits moins diversifiés que ceux développés sur Ethereum.
  • Stellar : Cette plateforme de cryptomonnaie est la plus ancienne dans le traitement des contrats intelligents. Elle se distingue des autres plateformes grâce à son interface simple et facile à utiliser. Elle est adaptée aux smart contracts simples.

Le mot de la fin…

Les contrats intelligents apparaissent comme une alternative assez avantageuse par rapport aux contrats traditionnels. Grâce à cette technologie, la sphère des arrangements et des accords pourrait changer à jamais. Réduction de fraudes, minimisation des coûts, autonomie… ces avantages séduisent un plus grand public, mais il faudrait certainement renforcer la sécurité et la certitude des transactions. Ainsi, les smart contracts deviennent plus intéressants.