Billy Markus : Découvrez le créateur du Dogecoin



Quand on parle de cryptomonnaie, il n’y a pas que le Bitcoin. D’autres monnaies virtuelles existent sur ce Forex en effervescence, à l’instar du Binance Coin, de Litecoin, de Cardano, de NEM, de Monero ou encore du Dogecoin. C’est justement de ce dernier et de son fondateur que l’on va parler dans cet article.

Symbolisée par Doge, la monnaie numérique a été créée par Billy Markus. Pour mener ce projet, l’ingénieur américain a travaillé en étroite collaboration avec Jackson Palmer, membre du département marketing d’Adobe. Qui est-il ? Que faut-il savoir sur le Dogecoin ? On dit, aussi, que la monnaie numérique a tapé dans l’œil d’un milliardaire très connu ! Réponses.

Qui est Billy Markus? Quelle est l’origine du Dogecoin?

Billy Markus est un ingénieur logiciel chevronné qui a fait ses premiers pas dans le département de jeux vidéo chez IBM. Originaire d’Oregon aux États-Unis, il a cofondé le Doge avec son ami Jackson Palmer. Même s’il affirme, aujourd’hui, qu’ils ne sont plus associés, il demeure le père du Dogecoin.

Dogecoin : l’idée de départ

Tout a commencé le 8 décembre 2013, lorsque Billy et Jackson ont publié plusieurs posts drôles – appelés ‘memes’ dans le jargon d’Internet- sur les réseaux sociaux. A travers ces memes, ils ont mentionné le lancement d’une certaine cryptomonnaie décalée.

Au départ, les deux ingénieurs ne voulaient pas faire de leur nouveau-né une monnaie virtuelle de grande ampleur. “C’était pour rire”, ont-ils rappelé à maintes reprises. Seulement, au sein de la communauté Doge qui venait de naître, le concept a tranquillement pris ses quartiers pour finir par s’enraciner dans les esprits. Dogecoin est, aujourd’hui, devenu une cryptomonnaie à part entière.

“Vous n’avez pas compris la blague”, n’avait cessé de répéter Palmer à l’époque, à l’adresse de la communauté Doge qui grandissait de jour en jour. Même les investisseurs n’ont pas pris en compte sa précision, préférant investir encore et encore dans la cryptomonnaie.

Une belle enveloppe de 40 milliards de dollars grâce au Dogecoin

Il importe de préciser que, l’ancien ingénieur d’IBM s’est inspiré d’Animal Crossing, un jeu Nintendo très en vogue à l’époque. Dans celui-ci, les joueurs pouvaient obtenir tel ou tel objet grâce à une monnaie spéciale. C’était donc celle-ci qui a donné l’idée à Billy Markus de concevoir Doge.

À peine lancé, le Dogecoin affichait déjà une valeur marchande exceptionnelle : plus de 40 milliards de dollars en avril de la même année. “C’était un projet développé pour le plaisir, une sorte de projet alternatif. Tout a commencé par une blague qui a permis à deux ingénieurs de devenir millionnaires”, a dit Jackson Palmer dans une interview.

Un nouveau Shibetoshi Nakamoto voit le jour

D’autre part, il faut rappeler que Billy Markus était aussi connu sous un pseudonyme particulier qu’il a minutieusement choisi à l’époque. Il s’agit de Shibetoshi Nakamoto. Un choix judicieux, puisque c’est le nom du premier ingénieur qui aurait mis en place une base de données avec une chaîne de blocs en 2008. Cette blockchain est, en fait, la base du fonctionnement des cryptomonnaies, du Bitcoin et du Dogecoin. Néanmoins, certaines théories affirment que le personnage n’a jamais existé. Shibetoshi Nakamoto pourrait être un groupe de personnes. C’est, aussi, une façon de désigner toute personne ayant réussi à créer une monnaie numérique donnée. De ce fait, Billy Markus est bien placé pour porter un tel titre.

“La raison pour laquelle le doge a été mis en place consiste à sortir des controverses suscitées par tant d’autres cryptomonnaies”, confie encore l’ingénieur dans une interview dans laquelle il est revenu sur la genèse de Dogecoin.

Dogecoin : qu’est-ce que c’est ?

Symbolisé par Ð et D, le Doge fonctionne sur la base de la Blockchain. Accessible à tous, il n’est donc pas géré par une autorité centrale.

Soulignons, aussi, qu’il est très proche du Bitcoin. Certains le considèrent comme une dérivée de celui-ci. Cependant, leurs différences se manifestent au niveau du minage et des algorithmes déployés pour effectuer une telle opération.

D’après certains experts, ces éléments font du Doge une cryptomonnaie moins sécurisée que le Bitcoin. Le processus de minage est, en effet, basé sur un protocole moins détaillé que celui des Bitcoins.

En 2015, 100 000 milliards de doges étaient déjà en circulation dans le Forex. D’ailleurs, le minage de la cent milliardième monnaie numérique a pris fin le 30 juin de la même année.

L’utilité des NFT pour le Dogecoin

À travers Dogecoin, Billy Marcus affirme vouloir mettre en place un pont entre Ethereum – l’un des systèmes qui servent de base aux cryptomonnaies – et sa monnaie numérique. Pour mener à bien une telle opération, il fallait intégrer les tokens non fongibles (NFT) dans le réseau. L’objectif était d’accroître la popularité des doges.

C’est, d’ailleurs, ce qu’il a affirmé dans un tweet publié en septembre 2021. Pour que sa monnaie numérique devienne un actif numérique accessible à un grand nombre de personnes, les NFT devaient être déployés.

NFT, la clé d’un actif numérique accessible à tous

Pour information, NFT est un jeton non fongible. En termes plus simples, il s’agit d’un actif que l’on peut échanger contre un autre bien ou un autre actif affichant la même valeur. À titre d’exemple, un billet de 5 euros est fongible puisqu’il est échangeable avec un autre billet de la même valeur.

On comprend donc en quoi les NFT pourront rendre les Dogecoins plus accessibles. Les utilisateurs pourront ainsi les échanger sans difficulté avec un plus grand nombre d’actifs numériques.

Quand Dogecoin tape dans l’œil d’Elon Musk

Il n’y a pas que la communauté Doge qui soutient le projet de Billy Marcus. Elon Musk, patron de Tesla et de Space X, a lui aussi manifesté son intérêt pour la cryptomonnaie. Sur Twitter, il a exprimé son soutien à sa façon, en publiant des tweets où l’on peut voir des chiens de la race Shiba Inu. Il s’agit, rappelons-le, d’une sorte de mascotte du Dogecoin.

Certains analystes y ont vu une façon pour l’homme le plus riche du monde de dire qu’il possédait des doges. Il aurait ainsi préféré celle-ci à d’autres crypto monnaies pourtant plus lucratives, à l’instar du Bitcoin. Au fil des tweets, Elon Musk a fini par mettre fin au suspens : “je n’ai pas de Shiba Inu, mais je possède de de la cryptomonnaie”, a-t-il écrit.

Doge, “la cryptomonnaie du peuple”

“J’ai parlé à de nombreuses personnes travaillant chez Tesla ou construisant des fusées pour Space X. Elles possèdent des doges. Ce ne sont pas des experts financiers ou des spécialistes de la Silicon Valley. C’est pour cette raison que j’ai décidé de soutenir Dogecoin. C’est une sorte de cryptomonnaie du peuple”, a encore écrit le milliardaire.

D’un autre côté, il n’a pas nié qu’il détenait des Bitcoins et des Ethereum en plus des Dogecoins dont il dispose.

Ce qui ne va pas dans le Dogecoin selon Elon Musk

Néamoins, le milliardaire préfère rester prudent vis-à-vis de ces monnaies virtuelles. “Comme je l’ai dit auparavant, il ne faut pas placer une ferme pour acquérir une cryptomonnaie. La véritable valeur se construit par le biais de la production et des services humains, et non pas par l’argent”, a-t-il dit.

Dans ce même ordre d’idées, Elon Musk considère que les frais liés au Dogecoin doivent être revus à la baisse. À ses yeux, c’est une condition sine qua non pour que la monnaie virtuelle de Billy Marcus devienne enfin une option de paiement viable et accessible à tous.