L’homme a toujours calculé depuis des siècles, et cela a commencé à partir de méthodes archaïques impressionnantes. Au fil du temps, les lois mathématiques et autres calculs complexes ont nécessité l’invention et l’amélioration de la calculette. Les recherches et développements ont donc abouti aux calculatrices scientifiques. On vous dit un peu plus dans le présent article.

Qu’est-ce qu’une calculatrice scientifique ?

La calculatrice scientifique est une ardoise équipée d’un écran. Elle est dédiée aux calculs complexes et se présente sous forme d’une plaquette en plastique qui arbore sur sa façade supérieure une multitude de touches. Nous devons d’ailleurs la première calculatrice de poche à Hewlett-Packard (HP) en 1972. Elle avait l’avantage d’être portable compte tenu de sa petite taille et elle était simple à manier.

Encore très utilisée aujourd’hui pour simplifier et fiabiliser les calculs, la calculatrice scientifique est composée selon le modèle de trois pavés. Le premier pavé contient les touches d’allumage, directionnelles et d’activation des fonctions. Le second pavé présente les différentes touches de fonctions. Le dernier pavé quant à lui est composé du clavier numérique ou alphanumérique.

En ce qui concerne l’écran, ses dimensions dépendent du type de calculatrice scientifique. Il est donc possible de trouver des écrans qui font le double, voire le quintuple d’un écran standard.

À quoi sert une calculatrice scientifique ?

Selon les usages possibles, il existe plusieurs types de calculatrices scientifiques. Choisir la bonne machine scientifique à calculer est nécessaire pour gagner en temps et en efficacité dans les calculs. L’utilité de cet accessoire peut être perçue à travers les variétés qui existent sur le marché. Voici une vue d’ensemble.

Calculatrices programmables

Elles proposent de stocker les données, les résultats de vos opérations et les formules en mémoire morte et vive. Selon la situation, vous pouvez faire appel à ces données précédemment sauvegardées dans la mémoire de la machine lors d’usages ultérieurs. Il est même possible de saisir du texte et de l’enregistrer. Cependant, le nombre de caractères est limité selon la marque.

Calculatrices financières

Révolutionnaires dans le domaine des finances, elles facilitent le traitement des opérations financières telles que les simulations de prêt, mensualités et durée de remboursement. Une calculatrice financière sera utile pour un comptable, un trader, un courtier en bourse, etc. Bien que semblable à première vue à une calculatrice scientifique de base, elle est très différente en termes de fonctionnalités et de présentation des touches. Pour vous faire une idée, le HP10bII+, le Casio FC-100V ou le TIBA-II-Plus sont des exemples de cette catégorie.

Calculatrices graphiques

Elles sont très pratiques pour l’apprentissage, l’analyse et la compréhension des courbes, fonctions et concepts arithmétiques et scientifiques. Les calculatrices graphiques peuvent être utilisées en milieu scolaire pour améliorer l’assimilation des notions par les élèves. Les touches sont adaptées aux fonctionnalités de cette catégorie de calculatrice et peuvent toujours servir au calcul de base. Elles sont dotées de grand écran monochrome ou polychrome, ainsi les graphes s’affichent en entier et simultanément avec les valeurs de calcul. Avec les avancées technologiques, certains écrans sont tactiles. Comme exemple de cette catégorie, il y a TI-73 Explorer, HP Prime, TI-84 Plus, NumWorks ou encore le Casio FX-9750GII-WE.

Certains de ces terminaux sont tellement équipés qu’on dirait des téléphones intelligents au vu de leur écran assez travaillé. Ne soyez pas surpris de trouver des modèles avec les connectiques à distance Bluetooth, wifi, etc. Certains modèles combinent plusieurs types de calculatrices scientifiques, ce qui vous évite d’acheter deux machines.

Quelle est la restriction d’usage de la calculatrice scientifique ?

Il faut se rendre à l’évidence qu’à la base, la calculatrice permet de « dépanner » l’Homme lors des opérations mathématiques. Le mieux à faire est de s’exercer et s’appliquer pour ne pas dépendre de la machine.

De plus en plus de calculettes sophistiquées sont entre les mains des apprenants qui ne s’en privent plus pour effectuer les opérations. Le risque qu’ils désapprennent et se livrent à la paresse est bien réel et peut influer considérablement sur les rendements scolaires. À ce propos, le gouvernement français a apporté une clarification en vue de garantir la qualité de la production des candidats lors des concours et examens. Ce faisant, seules les calculettes dotées de l’option "mode examen" sont autorisées dans les salles d’examen. Quel est l’intérêt de cette mesure ?

La présence de moyens de communication à distance tels que Bluetooth et wifi sur certains modèles augmente ou améliore les conditions de tricherie. Ce qui ne peut laisser indifférent quand vient le moment des évaluations. Le « mode examen » une fois activé s’identifie par un voyant clignotant qui empêche l’accès à la mémoire au cas où il y aurait des données stockées dans le but de tricher. Il empêche également l’utilisation des connectiques disponibles sur le terminal.

Les examens visés par cette restriction sont le brevet, les baccalauréats, les brevets de technicien et les diplômes universitaires de comptabilités. Cette disposition est déjà en application depuis 2018.

Pour faire des économies, vous devez alors veiller à choisir une calculatrice scientifique à la mesure de vos besoins et disposant du mode examen. Une prise en main du manuel d’utilisation est indispensable si vous êtes un débutant.

Article similaire